FAQs

Existe-t-il une différence entre du "cannabis" et du "chanvre" ? 

Non, aucune. Le terme "cannabis" est la version latine du mot "chanvre", qui désigne la plante de Cannabis Sativa L, également appelée "marijuana" dans sa version hispanique.

Si certains tentent d'opérer une distinction entre le chanvre, qui serait dit "bien-être" et serait, d'une certaine manière, plus respectable que du cannabis, qui a souvent mauvaise presse, sachez toutefois qu'il n'existe aucune différence entre l'un et l'autre.

Le chanvre est à l'automobile ce que le cannabis est à la voiture. Il s'agit de la même chose.

Très répandue dans l’industrie cosmétique, notamment sous forme de gélules ou d’huile à appliquer sur la peau, l’acétate de vitamine E est, en principe, inoffensive. Elle peut cependant se révéler dangereuse pour la santé lorsqu’elle est chauffée et combinée à l’huile de CBD. C’est du moins l’avis émis par les autorités sanitaires américaines. Or, on la retrouve dans certains liquides pour cigarettes électroniques, mais pas chez nous...

Liquide de 10 ml contenant une forte dose de CBD mélangé à du propylène glycol (PG) et éventuellement de la glycérine végétale (VG). Le Booster de CBD n’a pas de saveur. Son utilité est de pouvoir ajouter du CBD à un e-liquide traditionnel qui n’en contient pas.

Se dit d’un produit, notamment d’une huile, qui contient toutes les molécules issues du cannabis à l’exception du THC aux effets psychotropes. Cette composition constitue une solution située à mi-chemin entre une base d’Isolat et une base full spectrum (ou à spectre complet).

C’est le plus connu des cannabinoïdes présent dans le cannabis, et celui qui vous a mené vers cette VILAINE GRAINE. Le cannabidiol a la faculté de provoquer un effet relaxant sans, toutefois, qu’il soit associé avec un effet psychotrope.

Le CBG ou cannabigerol est le père de tous les cannabinoïdes. C’est le premier généré par le plant de cannabis, et dont découle tous les autres. La fleur en fournit des quantités plus réduites mais ses propriétés apaisantes mais également anti-oxydantes, sont de plus en plus détaillées par les recherches menées à son sujet

Découverts pour la première fois dans les années 1960, les cannabinoïdes sont des composés chimiques naturels dérivés de la plante de cannabis, chacun offrant des propriétés et des avantages distinctifs.

À ce jour, les scientifiques en ont identifiés plus de 110 et de nombreux autres sont encore susceptibles de l’être, tant les recherches sur les structures moléculaires complexes de la plante de cannabis se développent.

Les cannabinoïdes sont répartis dans les sous-classes suivantes:

Cannabichromène (CBC)

Cannabigérol (CBG)

Δ-9-tétrahydrocannabinol (THC)

Cannabidiol (CBD)

Cannabinol (CBN)

Cannabinodiol (CBDL)

Autres cannabinoïdes, y compris la cannabielsoïne (CBE) et le cannabitriol (CBT), le cannabicyclol (CBL)

Ils interagissent avec les récepteurs endocannabinoïdes situés dans différentes zones du système nerveux, avec deux types principaux de récepteurs: CB1 et CB2. Les effets des cannabinoïdes sur le cerveau et l’organisme dépendent de leur nature et de la zone du cerveau impliquée.

Le CBN, ou cannabinol, est un cannabinoïde dérivé du THC (Δ-9-tétrahydrocannabinol). La teneur d’un plant de cannabis en CBN augmente lorsque la plante est exposée à la lumière et à l’air, en raison de l’oxydation des molécules de THC.

Le CBN se lie aux récepteurs moins efficacement que de nombreux autres cannabinoïdes. Néanmoins, il a été observé qu’il stimule l’appétit et se révèle particulièrement efficace pour lutter contre les troubles du sommeil,

Processus consistant à activer, par une chaleur et dans un environnement appropriés, les cannabinoïdes et les terpènes présents dans la fleur de cannabis.

En effet, si les fleurs de cannabis sont naturellement riches en cannabinoïdes et terpènes, ceux-ci sont présents sous leur forme acide (THCA, CBDA, CBGA), qui ne produisent, dans cet état, aucun effet particulier lors de leur consommation. C’est par la décarboxylation de ces molécules, qu’elles vont abandonner leur état acide pour acquérir une forme active et assimilable par l’organisme.

Le processus de décarboxylation se produit sous l’effet de la chaleur.

Et, parmi les différents cannabinoïdes, la molécule de CBD a la particularité d’être hydrophobe, ce qui signifie que, comme l’huile, par exemple, elle ne se dissout pas dans l’eau.

Pour une infusion, il est donc recommandé de plonger ses fleurs dans un corps gras (lait entier, ou lait de coco par exemple) et de le porter à une température de 100° à 120° pendant 30 minutes.

Il existe trois principales méthodes pour extraite le CBD et/ou le THC naturellement présent dans les fleurs de cannabis, le CO² supercritique, le recours aux solvants et l’utilisation d’huile.

Par utilisation du CO² : En dépit de son nom barbare, l’extraction du CBD par l’intervention du CO² supercritique constitue une des méthodes les mieux maîtrisées pour isoler efficacement les molécules présentes dans la plante, de manière très précise et sans compromettre leur intégrité.

Jesse Pinkman et Walter White nous ont expliqué que c’est en chauffant le dioxyde de carbone au-dessus de 31 °C (sa température critique), tout en élevant la pression, qu’il se retrouve à l’état gazeux et liquide et que, dans cet état, le CO² possède des propriétés de solvant, non toxique.

Par utilisation d’un solvant : Autre technique, le CBD peut également être isolé et extrait à l’aide de solvants chimiques comme l’éthanol, ou d’hydrocarbures comme le propane ou le butane.

Cette méthode d’extraction est plus simple, plus rapide et moins couteuse, mais elle n’est pas respectueuse de la plante et, en bout de chaine, de son consommateur. Aucune de nos fleurs ne subit ce genre de traitement.

Par utilisation d’une huile : Pour une version plus artisanale, il est également possible d’extraire les molécules CBD grâce à l’utilisation d’huiles comme celles de chanvre, de sésame, ou encore l’huile d’olive.

Cette méthode a le mérite d’être rapide et naturelle mais le produit obtenu ne se conserve pas dans le temps. En outre, il faut chauffer l’huile pour en extraire les molécules, ce qui peut entraîner une détérioration des cannabinoïdes.

Se dit d’un produit, notamment d’une huile, qui contient toutes les molécules issues du cannabis, y compris du THC aux effets psychotropes. Les produits à base full spectrum commercialisés par La Vilaine Graine ne contiennent pas plus de 0,2% de THC mais, même avec une faible concentration, la simple présence de la molécule de THC provoque un « effet d’entourage ». Les différentes molécules, en se combinant, augmentent sensiblement leurs effets relaxants et apaisants.

Se dit d’un produit, notamment une huile, dont les extraits issus du cannabis sont limités à la seule molécule de CBD. Idéal pour une première approche du CBD.

Les recherches menées sur la plante de cannabis révèlent qu’elle se divise en deux sous-familles, respectivement nommées SATIVA et INDICA.

Le cannabis Sativa est originaire des régions tropicales et équatoriales, telles que la Colombie, le Mexique ou certains pays d’Afrique. Consommé, il procure des effets plutôt stimulants et excitants, à l’inverse de son cousin, le cannabis Indica.

Originaire d’Asie centrale (Afghanistan, Pakistan..) , le cannabis Indica pousse a des altitudes plus élevées et se distingue par sa teneur plus élevée en CBD. Il procure des effets apaisants, presque soporifiques.

Le système endocannabinoïde est un réseau d’émetteurs et de récepteurs, dont le nom vient du cannabis qui a permis sa découverte, qui participe activement la préservation de la santé.

Les endocannabinoïdes et leurs récepteurs sont naturellement présents et répartis dans tout l’organisme: le cerveau bien-sûr, mais également les différents organes, les glandes et les cellules immunitaires. A chaque fois, le système ils accomplissent différentes tâches, mais ils poursuivent tous le même objectif, le maintien d’un environnement interne stable malgré les variations survenant dans l’environnement externe.

Ce réseau de récepteur est stimulé par l’absorption de CBD. Si les études menées peinent encore à expliquer précisément leur rôle de chacune des molécules impliquées, il est établi que le cannabidiol est très facilement assimilé par les récepteurs CB1 et CB2 du système endogène. Il peut ainsi le réveiller, le rééquilibrer et lui permettre de jouer pleinement son rôle.

Version courte : Réseau de récepteurs naturellement présents dans le corps et spécifiquement faits pour réagir aux cannabinoïdes, au premier chef desquels figure le CBD.

Ce sont les composés organiques, présents sous forme d’hydrocarbures, qui fournissent l’arôme et la saveur des plantes et notamment du cannabis.

S’agissant plus particulièrement du cannabis, il apparaît que les terpènes influencent ses effets en interagissant avec les cannabinoïdes. Ils se forment à l’intérieur des trichomes des fleurs de cannabis, et leur présence est directement affectée par la nature et l’intensité de la lumière fournie à la plante durant sa croissance.

Pour être légales, nos fleurs de chanvre proviennent de graines issues du catalogue européen. Celles-ci sont, naturellement, soumises à un ratio entre leur taux de THC et leur taux de CBD, ne dépassant pas 1/33, pour les meilleures souches.

Limitées à un taux de THC inférieur à 0,2%, les fleurs ne peuvent pas détenir un taux de CBD supérieur à 7% ou 8%, sans faire l’objet de manipulations pour les booster artificiellement.

Ces techniques, consistant soit à mentir sur le taux de CBD, soit à en pulvériser, par spray, sur l’échantillon envoyé en analyse, sont proscrites par la VILAINE GRAINE, qui respecte autant ses fleurs que ses clients.

Néanmoins, la qualité d’une fleur, et les effets qu’elle peut procurer sur l’organisme, ne dépend pas mécaniquement de son taux de CBD, mais de l’effet d’entourage provoqué par la combinaison du CBD et de l’ensemble des autres cannabinoïdes et terpènes qu’elle contient naturellement.

 

C’est la raison pour laquelle vous ne trouverez, dans notre catalogue, que des fleurs affichant des taux de CBD raisonnables et honnêtes, et qui vous surprendront par leurs effets.

Si, malgré tout, vous voulez la puissance du CBD au-delà de la saveur des fleurs, nos résines sont là pour vous !

Sauf situation exceptionnelle, il est recommandé de ne pas consommer plus de 2 à 3 mg de CBD par poids de corps et par jour. Un individu de 70 kg, par exemple, ne doit donc pas absorber plus de 140 à 210 mg de CBD par jour.

Si la règle est simple à appréhender, elle peut se révéler complexe à mettre en pratique lorsqu’il s’agit de convertir la quantité de CBD que vous souhaitez ingérer en nombre de gouttes d’huile, dont le taux peut varier d’un produit à l’autre.

Vous avez un doute ? Repérez-vous à l’aide de ce tableau :

Taux de CBD

5%

10%

15%

20%

25%

Quantité de CBD par flacon de 10 ml

 

500 mg

 

1000 mg

 

1500 mg

 

2000 mg

 

2500 mg

Quantité de CBD par goutte

 

2,5

 

5

 

7,5

 

10

 

12,5

Jusqu'au 31 décembre 2021, les règles encadrant la production, la commercialisation et l’usage de CBD en France découlaient de trois sources distinctes.

 

La Cour de Justice de l’Union Européenne, tout d’abord, en a consacré la licéité dans un arrêt dit KANAVAPE, rendu en date du 19 novembre 2020.

 

Par cette décision, les magistrats strasbourgeois ont, en substance, considéré que la France ne pouvait s’opposer à la commercialisation du CBD légalement produit par un autre état membre de l’Union Européenne.

 

La Cour de cassation, ensuite, par une décision rendue en date du 23 juin 2021. La plus haute juridiction française s’aligne sur le raisonnement développé par la CJUE et en dégage un principe de présomption de légalité du CBD, y compris en ce qui concerne les fleurs.

 

En application du principe de libre circulation des marchandises, elle considère que ce n’est plus au commerçant de prouver que ses produits sont licites mais aux autorités de poursuite de rapporter la preuve que les produits commercialisés sont illicites. En d’autres termes, dès lors qu’un produit est légalement commercialisé par un autre pays de l’Union Européenne, il est présumé légal en France, sous réserve que sa teneur en THC ne soit pas supérieure à 0,2 %. 

 

Mais en date du 31 décembre 2021, la situation a changé.

 

En effet, suite à la publication d'un arrêté du 30 décembre 2021 (JORF n°0304 du 31 décembre 2021) (1) portant application de l'article R. 5132-86 du code de la santé publique, la vente aux consommateurs de fleurs ou de feuilles brutes sous toutes leurs formes, seules ou en mélange avec d'autres ingrédients, leur détention par les consommateurs et leur consommation ont, à nouveau, été interdites.

 

Le seuil de THC dans les produits finis a, toutefois, été porté de 0,2% à 0,3%.

 

En application de cet arrêté, la commercialisation de fleurs brutes a, pendant un temps, été proscrite sur le territoire français, bien que les autres produits riches en cannabidiol pouvaient être légalement vendus et consommés dès lors qu’ils proviennent d’un pays membre de l’UE et qu’ils ne contiennent pas plus de 0,3 % de THC.

 

Fort heureusement, par un arrêt rendu en date du 24 janvier 2022 (2), le Conseil d'Etat a suspendu cet arrêté, jusqu'à ce qu'il se prononce sur le fond de cette affaire et qu'il entérine, ou qu'il enterre définitivement l'arrêté contesté par les professionnels du CBD.

 

En l'état, le statut de la fleur de CBD reste floue dans la mesure où il n'est pas formellement encadré par le droit français mais sa vente, sa détention et sa consommation sont à nouveau légales, dès lors que le taux de THC qu'elles contiennent ne dépasse pas le seuil de 0,3% de THC.

 

 

 

 

 1 : arrêté du 30 décembre 2021 (JORF n°0304 du 31 décembre 2021)

(https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000044793213)

 

 

2: Conseil d'Etat, décision n° 460055 du 24 janvier 2022

(https://www.legifrance.gouv.fr/ceta/id/CETATEXT000045075769)

 

 

Nous acceptons les paiements par CB, Visa, Mastercard et Américain Express.

Vous pouvez également régler par virement. Dans cette hypothèse, une fois votre commande validée, vous recevrez votre facture mentionnant les coordonnées bancaires de LA VILAINE GRAINE afin de pouvoir effectuer un virement depuis votre banque en ligne, ou depuis le guichet de votre banque physique.

Naturellement soucieux de la sécurité de vos transactions, nous intégrons un système de paiement en ligne, sécurisé via la passerelle de paiement Viva Wallet, pour tout paiement effectué par carte bancaire.

Pour un paiement en toute confiance, nous vous assurons la totale confidentialité de vos informations bancaires grâce à la méthode de cryptage SSL de Viva Wallet.

Vos données ne sont ni détenues, ni stockées. Les informations transmises sont chiffrées dans le respect de la réglementation en vigueur et ne peuvent en aucun cas être lues au cours du flux sur le réseau.

Au moment de la saisie de vos coordonnées bancaires, l’adresse URL sera en https, le "s" indiquant la sécurisation de la transaction.

Nos produits sont livrés à l’adresse de votre choix en France métropolitaine dans un délai de 24h à 48h pour toute commande passée avant 13h.

Vous êtes pressé ? Nous vous proposons un service de livraison par coursier en deux heures, à Paris et dans toute l’Ile-de-France.

Nous livrons naturellement outre-mer, mais les délais et le coût du transport se trouvent nécessairement impactés par la distance à parcourir par nos produits.

Comptez 11,80 € pour l’envoi d’un colis de moins de 500g et patientez 11 à 18 jours avant de recevoir votre colis.

Pour une livraison en métropole par Colissimo, les frais s'élèvent à la somme de 5 euros.

Pour une livraison en deux heures par coursier à Paris et en Ile-de-France, les frais de port s’élèvent à 15 €, sans limite de poids.

Pour toute commande supérieure à 30 €, les frais de port par Colissimo sont offerts, les frais de port par coursier sont offerts pour toute commande supérieure à 100 €.

Une fleur de CBD est une fleur qui provient d’un plant de cannabis (Cannabis Sativa L) dont on a partiellement ou intégralement extrait le THC (Δ-9-tétrahydrocannabinol), la molécule psychotrope, celle qui fait planer.

 

C’est dans la fleur de cannabis que l’on trouve le CBD ou, pour écrire les choses autrement, une fleur de cannabis dont on a retiré le THC devient, de facto, une fleur de CBD.

 

Il existe trois principales méthodes pour supprimer le THC naturellement présent dans les fleurs de cannabis et les transformer en fleurs de CBD, le recours aux solvants, l’utilisation d’huile et le CO² supercritique.

 

Première technique, par utilisation d’un solvant : Le THC peut être isolé et extrait à l’aide de solvants chimiques comme l’éthanol, ou d’hydrocarbures comme le propane ou le butane. No comment…

 

Autre possibilité, par utilisation d’une huile : Pour une version plus artisanale, il est également possible d’extraire les molécules CBD grâce à l’utilisation d’huiles comme celles de chanvre, de sésame, ou encore l’huile d’olive. Cette technique est charmante dans l’idée mais peu pratique en termes de conservation.

 

Enfin, dernière méthode mais non des moindres, par la technique dite « du CO² supercritique » : En dépit de son nom barbare, l’extraction du THC par l’intervention du CO² supercritique constitue une des méthodes les mieux maîtrisées pour isoler efficacement les molécules présentes dans la plante, de manière précise et sans compromettre leur intégrité.

 

C’est, naturellement, cette technique qui est utilisée pour traiter les fleurs proposées par La Vilaine Graine.

 

Pour plus de précisions sur les méthodes d’extraction du THC et la transformation des fleurs brutes de cannabis en fleurs de CBD, reportez-vous à notre article de blog.

Il existe deux principales façons de consommer des fleurs de CBD, auxquelles s’ajoute un moyen de consommation détourné qui, bien qu’il soit fréquent, n’est toutefois pas recommandé.

 

La première et la meilleure manière de consommer des fleurs de CBD réside dans la vaporisation.

Grâce à un vaporisateur dans lequel vous placez vos fleurs, vous pouvez en inhaler les vapeurs et ainsi bénéficier de tous les bienfaits de leurs différentes molécules (CBD, CBG, CND…), sans les risques liés à la combustion.

 

En effet, à la différence d’une cigarette, le vaporisateur fait monter la fleur en température sans jamais atteindre son point de combustion. L’air qui entre dans les poumons est, notamment, beaucoup moins chaud et n’est pas pollué par les différents composants du tabac.

 

La deuxième méthode consiste à infuser vos fleurs de CBD.

 

Attention, toutefois, à les décarboxyler avant de les plonger dans l’eau chaude.

 

La décarboxylation est le nom donné au processus qui consiste à activer, par la chaleur, les différents cannabinoïdes et les terpènes présents dans la fleur de cannabis.

 

En effet, si les cannabinoïdes et terpène naturellement présents dans la fleur de cannabis y sont présents sous leur forme acide (THCA, CBDA, CBGA), qui ne produisent, dans cet état, aucun effet particulier lors de leur consommation. C’est par la décarboxylation de ces molécules, qu’elles vont abandonner leur état acide pour acquérir une forme active et assimilable par l’organisme.

 

Pour une infusion, il est donc recommandé de passer vos fleurs au four, 25 minutes à 105 degrés, avant de les infuser 3 à 4 minutes dans une eau frémissante.

 

En outre, la molécule de CBD étant hydrophobe (elle ne se mélange pas à l’eau) il est recommandé d’ajouter à votre infusion un corps gras (miel, huile de coco, lait…) ce qui permettra au CBD de s’y diffuser efficacement.

 

Enfin, bien qu’il s’agisse d’un détournement de son usage initial, certains consommateurs fument leurs fleurs de CBD en cigarette. Cette technique s’avère néfaste pour la santé, même en utilisant un substitut au tabac, et ne permet pas de profiter au mieux des molécules présentes dans la fleur de CBD puisqu’elles sont en partie dégradées par le processus de combustion qui porte la fleur à près de 400 degrés.

Dépourvu d’effet psychotrope, à la différence du Δ-9-tétrahydrocannabinol (THC), le CBD se révèle particulièrement efficace pour lutter contre le stress et l’insomnie, mais également contre les troubles neurologiques plus sévères comme la dystonie, l’épilepsie, et les troubles du spectre autistique.

 

Pris en journée, le CBD procure un effet relaxant manifeste, et vous permet de ne pas ruminer vos pensées, de ne pas avoir « le cerveau qui tourne à 400 km/heure ». Il ne procure, toutefois, aucun sentiment d’ivresse ou d’euphorie puisque la molécule psychotrope du cannabis en a été partiellement ou entièrement retiré.

 

Pris en soirée, trente à quarante minutes avant le coucher, le CBD vous mène vers un état de calme propice à l’endormissement. Le CBD n’est pas un somnifère, il n’a pas de propriété soporifique, mais il vous permet, une fois fatigué(e), de vous endormir facilement et naturellement, tout en vous rappelant de vos rêves au réveil et sans avoir le sentiment d’avoir les paupières collées…

 

Fort de ces différents pouvoirs, le CBD constitue, bien-sûr, un allié dans la lutte contre la douleur, l’insomnie, la dépression et l’anxiété, mais également un soutien de poids dans la recherche de solutions naturelles aux problématiques liées aux troubles de l’humeur et aux maladies dégénératives.

 

Preuve de l’intérêt que les scientifiques commencent à lui prêter, le Département américain de la Santé à lui-même déposé un brevet d’état, en 2003, (US6630507B1) portant sur « les cannabinoïdes comme antioxydants et neuroprotecteurs » (9).

 

Attention, toutefois, à ne pas lui prêter plus de vertus qu’il n’en a et à ne pas lui attribuer d’effets strictement thérapeutiques. Le CBD n’est pas un médicament et ne saurait se substituer à un traitement médical.

 

Pour obtenir plus d’informations sur les propriété du CBD, et consulter les études publiées sur ce sujet, reportez-vous à notre article de blog.

Non, en aucun cas. Le CBD n’est pas nocif et ne crée ni accoutumance, ni addiction.

 

Pour s’en convaincre, il suffira de se pencher sur le rapport rendu par l’Organisation Mondiale de la Santé en 2017, basé sur l’ensemble des études qui ont été menées à cette date, et qui confirme que le CBD n’avait aucune nocivité.

 

Ce rapport va jusqu’à indiquer que le CBD : «  ne produit pas les effets que l’on observe généralement avec les cannabinoïdes tels que le THC. […] A l’état pur, le CBD ne semble pas présenter de potentiel d’abus, ni être nocif pour la santé »

 

Et si, en dépit des termes très clairs de ce rapport, un doute subsistait, rappelons que la Cour de Justice de l’Union Européenne, dans sa décision du 19 novembre 2020, a rappelé que le CBD ne pouvait être considéré ni comme un stupéfiant, ni comme un médicament.

Le CBD est-il addictif ? Rend-il accro ?

 

Il n’y a aucun doute à ce sujet, la réponse est non. Le CBD ne rend pas accro.

 

C’est l’Organisation Mondiale de la Santé qui nous le dit, dans un rapport rendu, en 2017, sur cette question et dans lequel elle affirme que la dépendance au CBD était presque inexistante.

 

Cette analyse a, par la suite, été confirmée par la publication de deux études distinctes. L’une, anglaise, datée de décembre 2019 et l’autre, australienne, datée d’octobre 2020, établissent non seulement l’absence de dangerosité du CBD, mais également l’absence d’addiction engendrée par sa consommation.

 

A ce titre, les risques de dépendance au CBD se révèlent très hypothétiques, surtout s’il est consommé sans combustion et sans tabac. Et rappelons, ici, que la consommation de CBD ne se limite plus, aujourd’hui, à la seule vaporisation de fleurs.

 

Au-delà de ces premières études, d’autres recherches révèlent que, le CBD ne créerait aucun phénomène d’addiction mais qu’en plus il pourrait servir de moyen de sevrage d’autres dépendances.

 

Une étude espagnole publiée en 2021, révèle que le CBD serait efficace pour traiter l’addiction à la cocaïne, tandis qu’une autre étude, américaine cette fois, a démontré qu’il se révélait particulièrement efficace pour réduire les conséquences d’une dépendance aux opioïdes.

 

Enfin, une étude française publiée en mai 2019 semble établir que le CBD pourrait avoir directement pour effet de faire baisser une consommation d’alcool.

 

En ce sens, loin d’être une voie d’entrée vers une forme d’addiction, le CBD se révèle en réalité constituer une voie de sortie à de nombreuses dépendances.

 

Pour obtenir plus d’informations sur le CBD et l’addiction et consulter les études publiées sur ce sujet, reportez-vous à notre article de blog.

S’il fallait ne répondre qu’en une phrase, nous écririons que le CBD n’est pas interdit, sous quelque forme que ce soit, mais que la consommation de fleurs de CBD sous leur état brut n’est pas non plus formellement autorisé.

 

La question appelle, en réalité, une réponse un peu plus développée.

 

La Cour de Justice de l’Union Européenne a consacré l’autoriser de vendre, d’acheter et de consommer du  CBD au sein des pays membres de l’Union Européenne, dans un arrêt dit KANAVAPE, rendu en date du 19 novembre 2020.

  

La Cour de cassation a, par la suite, rendu une décision en date du 23 juin 2021par laquelle les juges français s’alignent sur le raisonnement développé par la CJUE et en dégage un principe de présomption de légalité du CBD, y compris en ce qui concerne les fleurs. Cela signifie que le CBD est, par principe, autorisé et qu’il ne peut, en tant que tel, être présumé comme un stupéfiant.

 

A cette date, la situation juridique semblait claire et l’autorisation de principe du CBD semblait posée.

  

Mais le 31 décembre 2021, les choses ont changé.

 

Par la publication d'un arrêté au Journal Officiel, le pouvoir exécutif a tenté d’interdire la vente et la consommation de fleurs ou de feuilles brutes, seules ou en mélange avec d'autres ingrédients.

 

Prétextant que la fleur de CBD était principalement fumée en cigarettes et qu’il était impossible pour les forces de l’ordre de les distinguer des fleurs de cannabis dont la vente et la consommation sont, quant à elles, illégales, le Gouvernement a souhaité les interdire purement et simplement.

   

Cette interdiction totale étant jugée manifestement disproportionnée, le Conseil d'Etat a suspendu cet arrêté, jusqu'à ce qu'il se prononce sur le fond de cette affaire et qu'il entérine, ou qu'il enterre définitivement cette interdiction de la vente, l’achat et la consommation de la fleur de CBD brute.

 

En l'état, le statut de la fleur de CBD reste floue dans la mesure où il n'est pas formellement encadré par le droit français mais sa vente, sa détention et sa consommation sont à nouveau tolérées, dès lors que le taux de THC qu'elles contiennent ne dépasse pas le seuil de 0,3% de THC.

 

La question des fleurs mise à part, sous toutes ses autres formes (huiles, infusions, boissons fraiches, gélules, perles, e-liquide, confiseries, soins du corps…) le CBD est et restera parfaitement légal.

 

Pour obtenir plus d’informations sur la règlementation en matière de CBD, et consulter les décisions de Justice rendues sur ce sujet, reportez-vous à notre article de blog.

Parmi tous les modes de consommation du CBD (fleurs brutes, huiles, infusions, boissons fraiches, gélules, perles, e-liquide, confiseries, soins du corps…), deux d’entre elles se révèlent particulièrement efficaces pour bénéficier, au mieux, des bienfaits du CBD et des autres molécules du cannabis : les huiles sublinguales et les fleurs brutes à vaporiser.

 

Les huiles sublinguales, tout d’abord (que vous pouvez trouver ici), constituent probablement la méthode la plus efficace pour consommer du CBD.

 

Principalement constituées sur une base d’huile de graine de chanvre, d’huile d’olive ou d’huile de coco, elles peuvent être dites à spectre large (contenant toutes les composantes du cannabis sauf le THC) ou à spectre complet (contenant toutes les composantes du cannabis, y compris du THC) et offre généralement le choix entre différentes saveurs.

 

Ces huiles sont nombreuses sur le marché et sont de qualité très inégales, en raison des différences entre les bases d’huile utilisées, des fleurs dont proviennent les différents cannabinoïdes (CBD, CBG, CBN, éventuellement THC) et de leurs modes d’extraction (pour plus d’informations sur les différents modes d’extraction, consultez notre article ici).

 

Ces huiles sublinguales sont faciles à consommer.

 

Comme leur nom l’indique, il s’agit d’en déposer quelques gouttes sous la langue et de les y maintenir 30 secondes à 1 minute avant de les avaler. Vous pouvez multiplier ces prises deux à trois fois par jour en fonction des taux de CBD qu’elles contiennent, de votre poids et de vos besoins (pour plus d’informations sur les dosages à respecter, vous pouvez consulter notre tableau ici).

 

Elles se révèlent très efficaces sur le moyen et le long terme, les premiers effets se faisant ressentir après 5 à 6 jours de consommation, à la différence des fleurs brutes qui, vaporisées, procure un sentiment de bien-être et de relaxation après seulement 5 à 20 minutes.

 

Ces fleurs à vaporiser (que vous pouvez trouver ici), constituent, à ce titre, un autre mode de consommation très efficace.

 

Tout se fait grâce à un vaporisateur dans lequel vous placez vos fleurs (que vous trouverez là), qui vous d’en inhaler les vapeurs, sans les risques liés à la combustion.

 

La température n’excédant pas 180° (à la différences des 400° d’une cigarette), les molécules de la fleurs sont préservées et vous bénéficiez ainsi de tous les bienfaits de ses différentes composantes (CBD, CBG, CND…).

 

Ce mode de consommation est peut-être un tout petit peu moins efficace que les huiles sublinguales mais il offre le mérite de l’immédiateté.

 

Au-delà des huiles et des fleurs, il existe plusieurs produits, tels que des gélules (comme ici), des micro-perles (ici) ou encore des patchs (là), qui s’avèrent redoutablement efficaces grâce à la qualité du CBD qu’ils contiennent.

 

Une petite observation mérite, toutefois, d’être faite à propos des produits alimentaires enrichis au CBD.

 

Bien que certains soient très bons et très bien dosés, il faut toutefois observer que les molécules de CBD et des autres cannabinoïdes résistent assez peu au processus digestif, raison pour laquelle la consommation de chocolats, confitures et autres gourmandises se révèle souvent très agréable mais moins efficace que lorsque le CBD est consommé par voie sublinguale ou par vaporisation.

Il existe bon nombre de très bonnes infusions au CBD, prêtes à l’emploi, au goût et aux effets variés, que vous pouvez (re)découvrir ici..

 

Mais, il reste naturellement possible d’infuser directement vos fleurs brutes.

 

Néanmoins, il vous faudra, au préalable, les décarboxyler.

 

La décarboxylation est un processus qui consiste à chauffer les fleurs pour activer les différents cannabinoïdes et les terpènes qui y sont naturellement présents.

 

En effet, les cannabinoïdes et terpène naturellement présents dans la fleur de cannabis y sont sous leur forme acide (THCA, CBDA, CBGA), qui ne produisent, dans cet état, aucun effet particulier lors de leur consommation. C’est grâce à la décarboxylation que ces molécules vont abandonner leur état acide pour acquérir une forme active et assimilable par l’organisme.

 

Pour une infusion, il est donc recommandé de passer vos fleurs au four, 25 minutes à 105 degrés, avant de les infuser 3 à 4 minutes dans une eau frémissante.

 

En outre, la molécule de CBD étant hydrophobe (elle ne se mélange pas à l’eau) il est recommandé d’ajouter à votre infusion un corps gras (une cuillère de miel, quelques gouttes d’huile de coco, un nuage de lait…) ce qui permettra au CBD de s’y diffuser efficacement.

Si vous vous posez cette question, c’est que vous savez déjà que la molécule de CBD étant hydrophobe (elle ne se mélange pas à l’eau) il est recommandé d’ajouter à votre infusion un corps gras pour lui permettre de s’y diffuser efficacement.

 

Mais s’il est, en effet, essentiel d’intégrer une matière grasse à votre infusion au CBD, il n’y en a véritablement aucune qui prenne la pas sur une autre ou, pour écrire les choses autrement, toutes la matières grasses se valent (beurre, lait, miel, huile de coco…) l’important étant d’y associer une  matière qui vous plaise, pour rendre votre dégustation aussi agréable qu’elle sera utile.

 

Il n’est pas non plus de trop en mettre. Ainsi, dans une tasse ou dans un mug, une cuillère de miel ou un nuage de lait suffiront amplement. Dans cette dernière hypothèse, privilégiez toutefois du lait entier ou demi-écrémé, pour qu’il contienne suffisamment de matière grasse.

 

Et si vous ne savez pas quelle infusion au CBD choisir entre toutes celles disponibles sur le marché, retrouvez les meilleures d’entre elles ici.

 

Enjoy !

Dénué d’effet psychotrope à la différence du Δ-9-tétrahydrocannabinol (THC), le CBD se révèle être un anxiolytique, anti-inflammatoire, anti-douleur et immunomodulateur naturel .

 

Il s’avère, ainsi, particulièrement efficace pour lutter contre le stress mais également contre les troubles neurologiques plus sévères comme la dystonie, l’épilepsie et les troubles du spectre autistique.

 

Fort de ces différents pouvoirs, le CBD constitue, au-delà de ses effets sur l’insomnie, la dépression et l’anxiété, un allié de poids dans la lutte contre la douleur.

 

Attention, toutefois, à ne pas lui prêter plus de vertus qu’il n’en a et à ne pas lui attribuer d’effets strictement thérapeutiques. Le CBD n’est pas un médicament et ne saurait se substituer à un traitement médical.

 

En outre, quelques effets secondaires peuvent parfois affecter certaines personnes (somnolence, sècheresse buccale, légers troubles digestifs) et des contre-indications ont été décelées, en particulier chez les personnes atteintes de troubles cardiaques ou de la tension, chez les femmes enceintes ou allaitantes.

 

Pour obtenir plus d’informations sur les effets du CBD sur la douleur et consulter les études publiées sur ce sujet, reportez-vous à notre article de blog.

Menu